L'utilisation des reseaux sociaux par les anticonformistes

II. Les anticonformistes

 

a)    Les raisons de l’anticonformisme

  

  

 

                                                                                                   

L’anticonformiste refuse le suivisme et prône son indépendance en exerçant son esprit critique, son libre-arbitre. Souvent, l’anticonformiste renvoie à l’idée d’un contestataire, d’un révolutionnaire, d’un rebelle...
Selon les psychosociologues, il y a non conformisme lorsqu’il y a modification réelle ou imaginée du comportement, des opinions ou des perceptions d’une personne ou d’un groupe de personnes par rapport aux règles établies.
De manière générale, les personnes qui ont un grand besoin d’approbation sociale se conforment plus rapidement que celles qui en ont moins.

Généralement, on distingue deux cas d’anticonformiste. Le premier cherche à se faire apprécier et se faire une place dans la société. Il faut savoir encadrer ce genre d’anticonformistes car par leurs attitudes ils peuvent entraver la bonne marche de l’entreprise.
Le deuxième est beaucoup plus créatif. Il souhaite innover, inventer. Par conséquent, il faut savoir lui donner plus d’attention.

L'anticonformiste est souvent un individualiste. Mais si le conformisme favorise, on le devine, l'intégration sociale, l'anticonformisme est parfois source de méfiance.

Il y a une difficulté d'être anticonformiste. La fidélité à soi-même, le refus de « penser comme les autres », ou d'être comme eux, est source de douleur.

Mais on peut avoir une autre notion de l’anticonformisme : en effet car être anticonformiste c’est faire partit du groupe de celui-ci et donc par définition on devient conformiste.

 

 

b)    Ceux qui n’ont pas de réseaux sociaux

 

Comme nous pouvons le déduire d’âpres nos recherches précédentes le nombre de personnes non inscrites à un réseau social est très petit. Seulement nous n’avons pas le droit de confirmer cet a priori sans preuve.

Nous avons procédé à un sondage en interrogeant 10 personnes differentes , et nous avons retenu les 3 réponses negatives a la question " Pensez -vous que sans Facebook , un individus peut etre rejeté de la societé ? "


 

 

Grace a ce sondage on peut avoir un aperçu de la population non facebookienne mais aussi se rendre compte de l’opinion qu’on les antis conformistes sur Facebook : moyen d’intégration ?

 

 

 

c)     Leur intégration dans la société

 

Contrairement au conformiste, l’individu qui ne se réfère pas a la norme d’adhérer a un groupe social pense que Facebook n’est pas un moyen d’intégrations.

En effet cet individu vit tres bien et est parfaitement intégré à la vie sociale.

Il n’a pas besoin de compte Facebook pour se créer des amis tisser des liens ou tout simplement discuter. Il préfère encore user du téléphone de son discours de la lettre ou quoi que ce soit d’autre. Il raisonne souvent de la façon suivante : « quand internet n’existait pas… », « Si les gens trouvent divertissements et occupation par un réseau social, moi je me divertis par la lecture le dessin la danse ou encore par un sport… ». Il trouve toutes les réponses pour affirmer son choix. Le non conforme profite bien de son temps libre il l’use avec intelligence et raison.

De plus pour lui ce n’est pas en ayant Facebook que l’on va s’intégrer dans la vie active bien au contraire. L’intégration d’un individu se fait tout au long de sa vie : enfant ce sont ses parents qui l’intégreront dans la société et en grandissant ayant pris conscience de l’importance de l’intégration l’adulte trouvera des moyens d’intégration instructif et utile.

En effet c’est cet homme qui aura finalement une vie social et une vie active bien mieux et plus sérieuse que celles des conformistes.

Afin d’avoir des preuves certaines  a propos de ce sujet nous avons interroge une  de nos camarades qui n’a  pas de compte Facebook.   :

 

Mlle Mamou : « Je n’ai pas de compte Facebook et je vis et m’intègre très bien a mon environnement. Pendant que mes camarades trainent sur Facebook je m’occupe autrement. Il m’arrive par exemple de lire de téléphoner de sortir ou même de cuisiner. J’essaye de chercher  une passion que je pourrais retrouver à n’importe quels moments de ma vie. Je veux trouver des occupations et des divertissements instructifs et éducatifs. Pour moi Facebook est seulement un moyen de rester en contact avec des amis et cela je peux toujours le faire avec mon téléphone. Mais je pense aussi à l’ avenir lorsque je serais amené à trouver du travail. On m’a toujours dit que les employeurs sérieux recherchent eux mémé des employés sérieux. L’adhésion à un réseau social peut nuire à notre carrier. Même si ce phénomène se produit rarement je préfère prendre mes précautions.

De toute façon mêmes si je ne pense pas a ma carrières je ne suis pas d’accord sur le fait que Facebook soit un moyen d’intégrations. Je pense être parfaitement intégrée et ce n’est pas Facebook qui m’empêche de gardes des lins forts avec mes amis ou de m’en créer d’autres. Je suis tout à fait d’accord avec le raisonnement de l’anti conformiste. »

 

     Cette pensée et cette vision sur les réseaux sociaux ne vient pas seulement d’une personne mais de plusieurs et  même si ce nombre est petit par rapport a la population facebookienne c’est leur raisonnement qui est le plus significatif et le mieux fondé.

Existant une population pouvant vivre sans adhésion a un réseau social nous ne pouvons pas affirmer que celui-ci est un moyen d’intégration. Cependant il n’est pas faux de dire qu’il procure une occupation. Facebook au contraire  peut avoir des conséquences graves sur l’individu s’il en fait une utilisation abusive et excessive. Une certaine  perte de valeur pourrait se créer. C’est ce qu’il sera montre dans la dernière partie de notre étude.

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site